comme un air d’Edward Hopper

Laurence Chellali

“Ce qui m’a fasciné, c’est le calme sidérant qui régnait. Pas un brin de vent, une mer d’huile comme rarement on en voit, et la brume matinale qui faisait disparaître l’horizon laissait une impression d’espace infini car il était impossible de distinguer la mer du ciel. Ponctué de quelques promeneurs et parfois de pêcheurs, le paysage m’a fait penser aux toiles de Edward Hopper.”

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires