une ville la nuit

La nuit n’apporte pas qu’un voile ombragé sur la ville. C’est aussi à ce moment que l’on se permet de refaire le monde, de se plonger dans des réflexions presque philosophiques sur ce qui constitue notre environnement. Le calme de la nuit invite les insomniaques à se perdre dans leurs rêves et leurs pensées, si ce n’est directement dans la poésie de la ville qui dort. À l’image de Robert de Niro dans Taxi Driver, la nuit apporte cette dimension qui autorise l’évasion, la découverte, l’expérimentation de la cité et de soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.